ANews-Mobility > Gouvernance > Économie-Politiques > Stratégies > Europe, quelles alternatives au gaz russe ?

Europe, quelles alternatives au gaz russe ?

Europe, quelles alternatives au gaz russe ?

Après le pétrole, c’est au tour du gaz d’être remis en cause au fil des sanctions prononcées à l’encontre de l’État russe.

L’Union européenne a annoncé que de nouvellles sanctions contre Moscou aux « conséquences massives » seront examinées, lors du sommet des Vingt-Sept, en vue d’une « adoption rapide ». Selon les calculs de l’Institut économique de Kiel, l’embargo énergétique, notamment sur le gaz naturel, constituerait la sanction la plus douloureuse pour l’économie de la Russie. Mais alors que ce pays fournit actuellement 40 % du gaz importé par l’UE, vers quelles alternatives pourraient se tourner l’Europe en cas de fermeture du robinet russe ?
À l’heure actuelle, près de 75 % de l’approvisionnement européen (UE-27 et Royaume-Uni) est acheminé par gazoducs, selon l’Agence d’information sur l’énergie. Outre la Russie, la Norvège et l’Algérie exportent également d’importants volumes par pipelines vers l’Europe, mais ces pays n’ont pas vraiment de capacité de production supplémentaire dans l’immédiat. C’est pourquoi l’Union européenne regarde aussi du côté des fournisseurs de gaz naturel liquéfié (GNL), qui peut arriver par bateau en provenance du monde entier. Comme l’indique l’infographie, les principaux pays exportateurs de GNL sont l’Australie, le Qatar et les États-Unis. Fin janvier, l’administration américaine indiquait déjà travailler à « des approvisionnements alternatifs couvrant une majorité significative des potentielles coupes » dans les livraisons russes.

– Source Statista.