ANews-Mobility > Tous Mobiles > Naval et Maritime > Navires > Ça gaze pour le bateau Volkswagen…

Ça gaze pour le bateau Volkswagen…

Ça gaze pour le bateau Volkswagen…

Vous avez bien lu, nous n’avons pas perdu la tête… Volkswagen vient d’affréter un cargo fonctionnant au GNL (gaz naturel liquéfié)…

Nouveauté à Emden (port du nord-ouest de l’Allemagne : pour la première fois, des véhicules en provenance d’Europe partent pour l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale à bord d’un navire alimenté au gaz naturel liquéfié (GNL). C’est ainsi que le Siem Confucius transportant plus de 4 800 véhicules destinés à l’Amérique du Nord a quitté Emden pour Veracruz dans le Golfe du Mexique. Les moteurs GNL du cargo réduisent de 25 % les émissions de dioxyde de carbone, de 30 % les émissions d’oxyde d’azote, de 60 % les particules de suie et de 100 % les émissions d’oxyde de soufre. Un grand pas en avant en matière de transport maritime qui fonctionnait jusqu’à lors uniquement au fuel lourd, donc très polluant : « Nous sommes fiers de mettre en service le premier transporteur de véhicules de cette taille à fonctionner au GNL. Il s’agit d’une étape importante dans notre stratégie de décarbonisation », souligne Thomas Zernechel, directeur de Volkswagen Group Logistics. Pour atteindre ses objectifs de bilan carbone neutre d’ici à 2050, le groupe s’attaque à décarbonater tous ses modes de transport (eau, route et rail). Tous devront être respectueux du climat.
Comme son jumeau, qui devrait entrer en service cette année, le Siem Confucius et ses technologies ultramodernes mesure 200 mètres de long et 38 mètres de large, dispose de 13 ponts et possède une capacité de 7 500 tonneaux, soit environ 4 800 véhicules du mix de modèles du Groupe Volkswagen, qui va des véhicules particuliers aux utilitaires légers. Les navires sont alimentés par des moteurs marins bi-carburant à injection directe, avec traitement des gaz d’échappement, produits par MAN Energy Solutions. Ils affichent une vitesse de croisière de 16,5 nœuds (30,6 km/h). Les deux réservoirs de chaque navire, d’une capacité unitaire de 1 800 m3, sont suffisants pour couvrir la distance complète avec le combustible chargé en Europe. Outre le gaz naturel liquéfié congelé, les navires de transport de véhicules peuvent être alimentés au biogaz ou à l’e-gaz provenant de sources régénératives. Enfin, ce que l’histoire ne dit pas, c’est si les véhicules transportées sont des véhicules à faible émissions ou bien des diesel; ce qui dans ce cas, serait là un véritable comble !