ANews-Mobility > Santé-Environnement > Développement Durable-RSE > Sécurité > Protection des données, 22 voilà la CNIL !

Protection des données, 22 voilà la CNIL !

Protection des données, 22 voilà la CNIL !

Vingt deux, c’est le nombre de mises en demeures prononcées par la CNIL, le 25 avril 2022, à l’encontre des communes devant désigner un délégué à la protection des données…

Le RGPD (Règlement général sur la protection des données) rend obligatoire la désignation d’un délégué à la protection des données dans certains cas, notamment lorsqu’un traitement de données personnelles est effectué par une autorité publique ou un organisme public (article 37 du RGPD). Cette obligation concerne donc toutes les collectivités territoriales, quelle que soit leur taille !
Le 25 avril 2022, la présidente de la CNIL a rendu publique des mises en demeure visant 22 communes qui n’avaient pas procédé à la désignation d’un délégué à la protection des données (DPO). Les communes disposaient d’un délai de 4 mois pour y remédier.

18 communes conformes…

À l’échéance fixée, 18 communes se sont mises en conformité, à savoir par ordre alphabétique : Achères (78), Bastia (2B), Beaune (21), Bezons (95), Bruay-la-Buissière (62), Étampes (91), Gagny (93), Le Gosier (971), Le Robert (972), Montmorency (95), Montfermeil (93), Pierrefitte-sur-Seine (93), Saint-André (974), Saint-Benoît (974), Saint-Dizier (52), Sotteville-lès-Rouen (76), Villeneuve-Saint-Georges (94) et Vitry-sur-Seine (94). Deux communes sont toujours en cours de désignation d’un DPO (délégué à la protection des données). En revanche, deux communes n’ont à ce jour ni répondu à la CNIL, ni désigné de DPO via le téléservice mis à leur disposition sur cnil.fr.
Au vu de ces éléments, la présidente a décidé de clore les mises en demeure prononcées à l’encontre des 18 communes mentionnées ci-dessus. Pour les communes ne s’étant pas conformées à la mise en demeure, la présidente de la CNIL pourra initier une procédure afin que soient prononcées, le cas échéant, d’autres mesures correctrices telles qu’une amende ou une injonction sous astreinte.

Les éléments de référence :
> Article 37 du règlement général sur la protection des données – RGPD ,
> Guide pratique RGPD – Délégué à la protection des données .