ANews-Mobility > Énergie-Environnement > Véhicules & Engins… > Hybrides et Rechargeables > Le Chinois Geely teste sa Emgrand bi-motorisation; soit la 1ère berline hybride au méthanol !

Le Chinois Geely teste sa Emgrand bi-motorisation; soit la 1ère berline hybride au méthanol !

Le Chinois Geely teste sa Emgrand bi-motorisation; soit la 1ère berline hybride au méthanol !

Comme dans la vie d’aujourd’hui et celle de demain, il n’y aura, nous l’espérons, pas uniquement des électriques, les autres voies de recherche sont toutes intéressantes, notamment celle de Geely avec le méthanol, cette fois !

Geely, constructeur chinois, propriétaire, outre ses propres marques : Volvo, Polestar, Smart ou encore Volocopter… recherche tous azimuts… Et ses derniers tests concernent la première berline hybride au méthanol au monde. Dans le cadre d’un investissement de 3 milliards sur une décennie dans les technologies de carburant au méthanol. Des technologies de méthanol seul ou hybrides pour offrir aux utilisateurs de faibles coûts d’exploitation et des émissions ultra-faibles. C’est dans la province glaciale du nord de la Chine, Heilongjiang, que Geely a amené la première berline hybride au méthanol au monde pour tester ses performances dans des conditions arctiques inférieures à -40°C. Le dernier Emgrand hybride au méthanol de Geely est basé sur la berline Emgrand à architecture modulaire du segment B (BMA) de quatrième génération de Geely Auto. Le nouvel Emgrand sur méthanol 100 % “propre” disponible dans les stations-service. Le nouveau modèle est le dernier produit de l’investissement de 3 milliards de RMB de Geely sur une décennie dans le développement de véhicules au méthanol.
À noter que le méthanol de génération précédente Les véhicules rencontraient des difficultés avec les démarrages à froid, mais avec la technologie hybride NordThor Power de Geely Auto et les groupes motopropulseurs au méthanol de dernière génération, les problèmes de performance dans un environnement extrêmement froid sont désormais de l’histoire anciennes.

Méthanol, carburant
vert et durable ?

La berline adopte un moteur au méthanol à aspiration naturelle de 1,8 l fournissant 97 kW (130 ch) de puissance et 175 Nm de couple maximal, ainsi qu’un moteur électrique fournissant 100 kW (134 ch) de puissance et 320 Nm pour une puissance combinée de 197 kW (264 ch) et 495 Nm de couple. Le moteur et le puissant moteur électrique sont connectés à une transmission hybride dédiée (DHT) à 3 vitesses qui propulse le véhicule en électrique pur tandis que le moteur au méthanol fonctionne comme un prolongateur d’autonomie qui peut être « boosté”, comme avec un turbo, par le moteur électrique. Avec un prix du méthanol aux pompes chinoises d’environ 3RMB/l (0,42EUR/l ou 1,8USD/Gallon), le coût du carburant aux 100 km est d’environ 27RMB* (3,85 euros ou 4,28USD).

Geely Emgrand : l’hybride électrique-méthanol chinois…


En plus, face à la hausse des prix mondiaux du gaz, le méthanol offre une alternative viable, plus propre et abordable. Éric Li, président de Geely Holding Group, a déclaré : « Le méthanol propre issu de sources vertes et renouvelables est la voie la plus réaliste et la plus efficace pour réduire les émissions et atteindre la neutralité carbone. Les avantages du carburant méthanol ne sont pas théoriques et ont été éprouvé depuis des décennies dans des applications à travers le monde… Geely Holding Group est le plus grand développeur et producteur de véhicules au méthanol au monde. Les marques filiales du Groupe ont produit la berline au méthanol Geely Auto Emgrand tandis que Geely Commercial Vehicles a produit le camion lourd Farizon M100, qui ont tous deux passé les normes d’émissions « China VI. »
Du puits à la roue, les véhicules au méthanol de Geely permettent une réduction de 70 % des émissions de CO2 par rapport aux modèles à essence. Les précédents essais de démonstration des berlines Geely Emgrand au méthanol non hybrides en Islande ont atteint des émissions moyennes du puits à la roue de 46 g de CO2 par km, soit encore moins que les véhicules électriques dans la plupart des pays. À l’avenir, les véhicules au méthanol de Geely Holding seront soumis à la certification de l’UE et promus sur d’autres marchés européens afin d’accélérer l’objectif d’atteindre la neutralité carbone. Geely Holding a investi plus de 3 milliards RMB dans le développement de véhicules au méthanol et de technologies de méthanol vert au cours des 17 dernières années. La société a lancé plus de 20 véhicules au méthanol et obtenu 256 brevets pour les technologies du méthanol. En 2016, Geely Holding a investi dans Carbon Recycling International (CRI) qui utilise les énergies renouvelables et la capture du carbone pour synthétiser l’e-méthanol vert (Vulcanol) à l’échelle industrielle. Geely Holding a également aidé CRI à introduire sa technologie sur le marché chinois avec la plus grande installation de production au monde d’e-carburant à partir de CO2. L’usine de Shunli à Anyang, dans le Henan, produira 110 000 tonnes de méthanol propre ainsi que d’autres produits chimiques tout en recyclant 160 000 tonnes de CO2 capté.
Mais qu’est-ce que cela fait du bien d’entendre le patron d’un groupe automobile s’engager sur d’autres voies que la seule voie commune et béate du tout électrique : partout, pour tout le monde et pour tous les usages… Il y a en effet quantité d’autres énergies ou carburants alternatifs (hormis peut-être l’hydrogène pour certains… ) qui sont laissés de côté par nos généralistes ou spécialistes ayant succombé aux seuls charmes de la fée électricité ! Espérons que cela changera et cela devra nécessairement changer au regard de tous les problèmes engendrés et toujours non résolus par les véhicules électriques, leurs batteries, vraies-fausses autonomies et recharges ou encore coûts du kWh !

Source Presse Geely.
* RMB ou Yuan RenMinBi : monnaie chinoise = 0,14 € ou encore 0,16 $ US.

Le Méthanol ou Alcool Méthylique, autrefois appelé carbinol ou “esprit de bois” (puisque obtenu par distillation du bois), l’alcool méthylique, aujourd’hui nommé méthanol, est un liquide incolore d’odeur agréable. Découvert par R. Boyle en 1661, il est miscible à l’eau à toutes proportions : chloroforme, acétone, benzène, etc.). Le méthanol entre dans de nombreuses synthèses chimiques, et ses dérivés sont largement utilisés pour l’élaboration de nombreux produits de teinturerie, de résines, de produits pharmaceutiques et de parfums synthétiques.
Depuis 1927, on le prépare en France par hydrogénation du monoxyde de carbone : CO + 2 H2 → CH3OH, réaction accompagnée d’une diminution de volume et, par conséquent, favorisée par augmentation de la pression. On part du gaz à l’eau qu’on fait passer sous forte pression (de 15 à 30 MPa) sur des catalyseurs (cuivre, zinc, sous-oxyde d’urane) chauffés vers 300 à 400 0C.